N comme Nécropole et sépultures individuelles

Longtemps, les soldats morts sur les champs de bataille n’ont pour dernière demeure que les fosses communes. Ce n’est qu’à partir du  XIXème siècle qu’une attention est apportée à la sépulture. Le cimetière de Sidi-Feruch aménagé en juillet 1830 à la suite du débarquement français en Algérie en est la première illustration. L’ampleur des pertes de la guerre de Crimée (1853-1856) ne permet pas d’identifier individuellement les morts et on dépose les soldats dans de grandes tombes communes. Cependant, dans le cimetière français de Sébastopol, ils sont regroupés par unité.Avec la guerre de 1914-1918, les belligérants développent des pratiques d’inhumation plus soucieuses de l’individualité du soldat, qui porte désormais une plaque d’identité permettant de l’identifier. La fosse commune reste malgré tout la norme pour le Français. Cette pratique est rapidement contestée par les soldats eux-mêmes, qui prennent l’habitude d’inhumer leurs camarades dans des tombes individuelles.

18 juillet 2013. Cérémonie d'inauguration du "Carré militaire" de Saint-Capraise de Lalinde (24).

 Une loi de décembre 1915 entérine ce fait : la sépulture devient individuelle et permanente et son entretien est confié à l’Etat à perpétuité. A l’issue de la guerre, les différents pays alliés procèdent au regroupement des sépultures dispersées, à la recherche des corps sur les champs de bataille, à l’aménagement des cimetières de guerre et, pour certains à la restitution des corps aux familles. En vertu des principes adoptés après 1870, la France prend en charge les tombes des soldats allemands inhumés sur son territoire.


Les mêmes dispositions sont appliquées au cours de la Seconde Guerre mondiale. Devenus ensuite symbole de la reconnaissance de la patrie à ses soldats et lieu de pèlerinage, ils se transforment progressivement en lieux de mémoire et d’histoire.

Les cimetières militaires, communément appelés nécropole nationale malgré leur dénomination officielle de cimetière nationaux sont au nombre de 265 en France. 740 000 corps y reposent en tombes individuelles ou en ossuaires. Pour la plupart (environ 88 %) ces corps sont ceux de soldats de la guerre 1914-1918.

L’aménagement de tous cimetières militaires suit les mêmes principes généraux :

Un mât portant les couleurs nationales domine la place d’armes,

Des ossuaires regroupent les corps non identifiés,

Des monuments commémoratifs peuvent y être installés,

Lorsque le site est clôturé, l’entrée n’est jamais fermée à clef, pour permettre à tout visiteur de venir se recueillir.

20 000 tombes sont regroupées dans la Nécropole de Notre Dame de Lorette (Pas de Calais)


Les tombes individuelles sont matérialisées par des emblèmes funéraires. A l’origine, il s’agissait uniquement de croix, utilisées comme symbole de la mort, sans connotation religieuse. Mais peu à peu, les emblèmes ont été différenciés selon les religions : croix latines, stèles israélite, stèle musulmane, stèle pour les autres confessions.

Le carré militaire 1914-1918 du cimetière Beauferrier à Bergerac (24). A l'occasion de la Toussaint, le Souvenir Français a pavoisé chaque tombe.

Les carrés militaires communaux

Ce sont des carrés aménagés dans les cimetières communaux pour regrouper les corps des soldats tombés à proximité ou morts dans les hôpitaux de l’arrière. Cent quinze mille corps reposent ainsi dans plus de 2 000 cimetières communaux répartis sur le territoire national. Leur entretien est assuré directement par l’Etat via les services de l’ONAC-VG, les communes ou le Souvenir Français.


Les sépultures familiales

Les membres de la famille d’un soldat Mort pour la France peut demander le transfert des restes mortels dans une sépulture familiale (aux frais de l’Etat). Dans cette hypothèse, l’Etat est dégagé de toute responsabilité à l’égard de cette sépulture et son entretien n’est plus à sa charge. Cette décision est irrévocable et entraîne la disparition du droit à la sépulture perpétuelle.

Baneuil (24), tombe du soldat Cassier, rénovée par le SF Bergerac en 2016.

 Les communes peuvent toutefois accorder aux familles la gratuité pour une concession de longue durée. Ces concessions doivent être situées en dehors des carrés militaires et leur entretien incombe exclusivement aux communes ou aux familles. Si un état d’abandon est constaté ou à l’expiration de la concession ces sépultures peuvent faire l’objet d’une reprise. Dans cette hypothèse, le Souvenir Français prend à sa charge la restauration et l’entretien de ces sépultures, en dehors de toute responsabilité de l’Etat qui ne saurait intervenir pour en assurer la pérennité.


Ce patrimoine mémoriel est constitué de 265 nécropoles nationales, de 2 000 carrés militaires communaux et de quelque 2 000 cimetières français situés dans 78 pays étrangers. Le ministère de la défense et des anciens combattants est responsable de leur conservation et il veille également, en application des conventions internationales, à la pérennité des sépultures militaires étrangères en France.

Écrire commentaire

Commentaires : 0