E comme Escadron de chasse Normandie-Niemen

En 1942, le Général de Gaulle envoie une unité de pilotes sur le front de l’est. Le groupe, constitué au Liban, rejoint la base d’Ivanovo à 250 km au nord-est de Moscou. 60 militaires français volontaires en font partie. L’instruction commence le 2 décembre 1942 sur les chasseurs " Yak 1 " puis " Yak 3 ".


Un Yak-3 de Normandie-Niémen. On distique la casserole d’hélice peinte en tricolore, les étoiles rouges de l’URSS et l’éclair blanc, emblème de la 303ème division aérienne soviétique. ( © Уголок неба)

 


Le 19 mars 1943, " Normandie " est engagé et effectue trois campagnes. Mars-novembre 1943, opérations de Koursk. Mai-novembre 1944, opérations sur le Niémen. Janvier-mai 1945, campagne en Prusse orientale.

Le rôle joué par les pilotes français lors du franchissement du Niémen incite Staline le 21 juillet, à ajouter le nom du fleuve à celui de Normandie. Le 9 décembre 1944, le général de Gaulle accueille à Moscou les pilotes du " Normandie-Niémen " et les décore.

L’unité revendique 273 victoires confirmées en 869 combats aériens. Quatre pilotes ont été élevés à la dignité de " Héros de l'Union Soviétique ". Vingt et un ont été faits Compagnons de la Libération par le général de Gaulle. Quarante deux pilotes sont Morts pour la France


Marcel Lefèvre naît le 17 mars 1918 dans l’Eure. Il entre en 1938 dans l'armée de l'air où il décroche son brevet de pilote militaire. En 1939, il est moniteur de chasse à Bergerac. Démobilisé en janvier 1941, il rejoint Oran en avril 1941. Il s'évade en octobre et, en décembre, il s'engage dans les Forces Aériennes Françaises Libres

 À la création de l'escadrille Normandie-Niémen, l’aspirant Lefèvre se porte volontaire et rejoint l'URSS en novembre 1942. En mars 1943, il participe à ses premiers combats. Le 28 mai 1944, l’avion est touché, s'écrase et s'enflamme. Le pilote succombe à ses blessures à Moscou, le 5 juin 1944.

À titre posthume, il est fait Héros de l'Union soviétique.

Jean Rey naît le 9 juillet 1920 à Bergerac en Dordogne. Il entre, à 17 ans, dans l'aviation civile et passe, en juin 1939, dans l'armée de l'Air où il est breveté pilote militaire le 27 juillet 1939. Il est à Meknès en juillet 1940 et tente de rallier Londres en passant par Gibraltar. Arrêté au moment de son départ, en janvier 1941, il est jugé et condamné à 10 ans de travaux forcés. 20 mois plus tard, Il est libéré grâce au débarquement allié en Afrique du Nord. Parvenu à Londres en février 1943, il s'engage dans les Forces aériennes françaises libres.

Nommé aspirant, il est volontaire pour le front russe et rejoint le Groupe "Normandie". Il accomplit sa première mission le 28 août 1943 comme observateur. Le pilote s'égare et l’avion passe en territoire ennemi. L’appareil est criblé de projectiles et l'aspirant Rey est tué à son poste d'observation. Le pilote parvient à ramener l'appareil. Jean Rey avait accompli 300 heures de vol.



Bergerac. Cimetière Beauferrier. Plaque déposée par le Général Lacapelle au nom du Souvenir Français.

Aéroport de Roumanière. Stèle érigée par la mairie de Bergerac et le Souvenir Français.

Commémoration du 75ème anniversaire de la création de " Normandie-Niémen ", 9 juin 2017 à Bergerac.

(© Souvenir Français Bergerac)


Écrire commentaire

Commentaires : 0