B comme Beleymas (parachutage de 1941 à Lagudal)

Terrassée par six semaines de guerre éclair, l’Armée française reflue devant la Wehrmacht.. Le gouvernement s’est mis à l'abri à Bordeaux où, le 16 juin, le Maréchal Pétain est nommé Président du Conseil par le Président de la République, Albert Lebrun. Il constitue un gouvernement le lendemain  puis gagne Vichy, ville choisie pour ses nombreux hôtels. L’armistice est signé le 22 juin 1940. Le 10 juillet, 670 députés et sénateurs sur les 900 que comptaient les deux chambres, se réunissent. Ils donnent par 589 voix pour, 80 contre et 20 nuls les pleins pouvoirs à Pétain.

Les britanniques qui ont réussi à rembarquer une partie de leurs effectifs à Dunkerque savent qu’il est trop tôt pour demander aux français d’entrer en Résistance. Ils décident alors de créer la " Direction des Opérations Spéciales" (SOE) dans le but de fomenter l’action subversive, sabotages, attentats et information. Mettez le feu à l’Europe ! se serait exclamé Churchill.

Le major Maurice Buckmaster,

chef du SOE britannique

Albert Rigoulet attendait la livraison au sol (© Archives D. Hymans)


Les réseaux dits Buckmaster, du nom de leur responsable, agissent sur la France, zone libre et occupée confondues. La nuit, des appareils se posent ou larguent des hommes ou du matériel.

Dans la nuit du 10 au 11 octobre 1941 a lieu l'opération " Corsican ", le parachutage à lieu dans les bois de Lagudal, sur la commune de Beleymas : quatre agents (Jack Hayes, Clément Jumeau, Jean Le Harivel et Daniel Turberville) et deux conteneurs d’armes ou explosifs

Ci-dessus, un container-type,

trouvé au bout de son parachute

(© Collectionneurs de véhicules militaires de l’Ouest).

A droite, la stèle de Beleymas avec un container sculpté à son pied

(© Souvenir Français Bergerac)


Au sol, Edouard Dupuy, Jean Pierre-Bloch et Albert Rigoulet, les attendent. Le décalage horaire entre Londres et la France, le manque de balisage de la zone rendent l’opération risquée. La Gendarmerie du canton de Villamblard est alertée par des voisins qui signalent le passage de l’avion. La maréchaussée se rend sur place le lendemain et découvre deux containers abandonnés renfermant des explosifs. Turberville se fait arrêter le jour même. Les trois autres sont capturés prés de Marseille le 17 octobre.

Avec ses quatre hommes emprisonnés et ses deux containers saisi, ce parachutage est loin d’avoir été un succès. Toutefois, il ouvre la voie à la coopération entre les alliés et la Résistance.



Deux commémorations à Lagudal :

inauguration de la stèle, le 11 septembre 1949 (© Galerie Bondier-Lecat)

et 75ème anniversaire, le 20 octobre 2016 en présence de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants (© Souvenir Français Bergerac)

Écrire commentaire

Commentaires : 0